Ch. Baudelaire: étude biographique et critique, suivie d'un essai de bibliographie et d'iconographie baudelairiennes

Kulit Depan
Garnier frères, 1922 - 407 halaman
 

Halaman terpilih

Edisi lain - Lihat semua

Istilah dan frasa biasa

Petikan popular

Halaman 307 - Sache qu'il faut aimer, sans faire la grimace, Le pauvre, le méchant, le tortu, l'hébété, Pour que tu puisses faire à Jésus, quand il passe, Un tapis triomphal avec ta charité. Tel esT: l'Amour ! Avant que ton cœur ne se blase, A la gloire de Dieu rallume ton extase; C'est la Volupté vraie aux durables appas ! » Et l'Ange, châtiant autant, ma foi ! qu'il aime, De ses poings de géant torture l'anathème; Mais le damné répond toujours :
Halaman 193 - Je sais que la douleur est la noblesse unique Où ne mordront jamais la terre et les enfers , Et qu'il faut pour tresser ma couronne mystique Imposer tous les temps et tous les univers.
Halaman 280 - Quel est celui de nous qui n'a pas, dans ses jours d'ambition, rêvé le miracle d'une prose poétique, musicale sans rythme et sans rime, assez souple et assez heurtée pour s'adapter aux mouvements lyriques de l'âme, aux ondulations de la rêverie, aux soubresauts de la conscience...
Halaman 179 - Quand elle eut de mes os sucé toute la moelle, Et que languissamment je me tournai vers elle Pour lui rendre un baiser d'amour, je ne vis plus Qu'une outre aux flancs gluants, toute pleine de pus! Je fermai les deux yeux, dans ma froide épouvante, Et quand je les rouvris à la clarté vivante, A mes côtés, au lieu du mannequin puissant Qui semblait avoir fait provision de sang, Tremblaient confusément des débris de squelette, Qui d'eux-mêmes rendaient le cri d'une girouette Ou d'une enseigne,...
Halaman 197 - Descendez, descendez, lamentables victimes, Descendez le chemin de l'enfer éternel ! Plongez au plus profond du gouffre, où tous les crimes, Flagellés par un vent qui ne vient pas du ciel, Bouillonnent pêle-mêle avec un bruit d'orage. Ombres folles, courez au but de vos désirs ; Jamais vous ne pourrez assouvir votre rage, Et votre châtiment naîtra de vos plaisirs.
Halaman 186 - Est tout vaporisé par ce savant chimiste. C'est le diable qui tient les fils qui nous remuent ! Aux objets répugnants nous trouvons des appas ; Chaque jour vers l'Enfer nous descendons d'un pas, Sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.
Halaman 344 - Des charmes inconnus; — tous les êtres aimés Sont des vases de fiel qu'on boit les yeux fermés, Et le cœur transpercé que la douleur allèche Expire chaque jour en bénissant sa flèche.
Halaman 194 - Le mal dès lors régna dans son immense empire ; Dès lors tout ce qui pense et tout ce qui respire Commença de souffrir ; Et la terre, et le ciel, et l'âme, et la matière, Tout gémit ; et la voix de la nature entière Ne fut qu'un long soupir. Levez donc vos regards vers les célestes plaines , Cherchez Dieu dans son œuvre, invoquez dans vospeines Ce grand consolateur: Malheureux ! sa bonté de son œuvre est absente ; Vous cherchez votre appui ? l'univers vous présente Votre persécuteur.
Halaman 313 - A travers la tempête, et la neige, et le givre, C'est la clarté vibrante à notre horizon noir ; C'est l'auberge fameuse inscrite sur le livre, Où l'on pourra manger, et dormir, et s'asseoir; C'est un Ange qui tient dans ses doigts magnétiques Le sommeil et le don des rêves extatiques, Et qui refait le lit des gens pauvres et nus...
Halaman 260 - De démons, vins, folle et parée, De mon esprit humilié Faire ton lit et ton domaine; — Infâme à qui je suis lié Comme le forçat à la chaîne, Comme au jeu le joueur têtu, Comme à la bouteille l'ivrogne, Comme aux vermines la charogne, — Maudite, maudite sois-tu!

Maklumat bibliografi