Recueil pour l'histoire, la langue et la littérature du people serbe: II classe

Kulit Depan
Srpska akademija nauka i umetnosti, 1904
 

Halaman terpilih

Petikan popular

Halaman 253 - Moldavie ne lui ôte rien de sa force; il ya vingt ans que ces deux provinces, soumises à l'influence russe, sont perdues pour lui ; mais si cette perte est suivie de la séparation des provinces occidentales, l'Empire est frappé au...
Halaman 105 - Peu de nations ont mis dans la poursuite de leurs desseins autant d'artifice et de constance que la Russie. La ruse et la violence qu'elle a tour à tour employées pendant soixante ans contre la Pologne sont encore les armes dont elle se sert contre l'empire ottoman. Abusant de l'influence que, depuis les dernières guerres, elle avait acquise sur la Moldavie et la Valachie, elle a, du sein de ces provinces, soufflé partout l'esprit de sédition et de révolte; elle a encouragé les Servions rebelles...
Halaman 390 - Si quelque Français se trouve endetté, on attaquera le débiteur, et l'on ne pourra rechercher ni prendre à partie aucun autre, à moins qu'il ne soit sa caution. Si un Français vient à mourir, ses biens et effets, sans que personne puisse s'y ingérer, seront remis à ses exécuteurs testamentaires ; et...
Halaman 302 - J'aimerais cent fois mieux le Sund. L'Ambassadeur. — La comparaison ne nuit pas à Constantinople. Presse/ votre armée de Finlande. Vous irez : nous sommes en marche. Le Ministre. — Les iles seules sont pour vous une richesse incalculable ; elles vous donneront d'excellents matelots. L'Egypte et la Syrie, vous en disposerez pour qui vous voudrez, et nous qu'aurons-nous pour cela ? Si vous tenez aux Dardanelles, ne pourriez-vous pas nous donner la Servie ? L'Ambassadeur. — De cette manière...
Halaman 309 - ... que se proposent Leurs Majestés Impériales. » L'empereur de Russie est prêt à prendre part à un traité entre les trois empereurs, qui fixerait les conditions ci-dessus énoncées; mais, d'un autre côté, ayant jugé que la lettre qu'il venait de recevoir de la part de l'Empereur des Français semblait indiquer la résolution d'un beaucoup plus vaste démembrement de l'empire ottoman que celui qui avait été projeté entre eux à Tilsit, ce monarque , afin d'aller au-devant de ce qui...
Halaman 252 - Tous les deux seraient également déchus de l'état où les avait laissés le traité de Tilsit. La Prusse, il est vrai, n'aurait plus qu'une population de deux millions d'habitants ; mais n'y en aurait-il pas assez pour le bonheur de la famille royale, et n'est-il pas de son intérêt de se placer, sur-le-champ et avec une entière résignation, parmi les puissances inférieures, lorsque Ions les efforts pour reprendre le rang qu'elle a perdu ne serviraient qu'à tourmenter ses peuples et à nourrir...
Halaman 88 - Serviens ces concessions qu'ils le demandent fes armes à la main. Fais marcher tes troupes sur Choczim :' tu n'as plus rien à craindre de la Russie.
Halaman 298 - Asie, monsieur le comte. Je ne demande pas mieux que de vous suivre : cependant marchons pas à pas, classons nos idées et partageons d'abord l'Europe, car c'est de ce point qu'il faut, je crois, partir. LE MINISTRE. — Eh bien, la Valachie et la Moldavie, voilà ce qui nous convient, en y ajoutant la Bulgarie et peut-être même la Servie; la France prendrait la Morée, l'Albanie, l'Archipel et une partie de la Bosnie; l'autre partie et la Croatie seraient pour l'Autriche. Tout cela dans le cas...
Halaman 300 - Napoléon veut que nous fassions cela ensemble, c'est une affaire qu'on no peut confier. Puisqu'elle passe par vous seul, il faudrait qu'un de vos secrétaires la rédigeât sous notre dictée commune; je voulais aussi en causer encore une fois avec vous. Demain je verrai l'empereur, après demain nous nous réunirons encore et vous pourrez expédier dimanche. Mais parlons de Constantinople. Si, comme l'expédition projetée doit le faire penser, toute la Turquie doit être partagée et que cette...
Halaman 256 - ... anglaises répandrait la confusion à Londres, et certainement quarante mille Français auxquels la Porte aurait accordé passage par Constantinople, se joignant à quarante mille Russes venus par le Caucase, suffiraient pour épouvanter l'Asie et pour en faire la conquête. C'est dans de pareilles vues que l'Empereur a laissé l'ambassadeur qu'il avait nommé pour la Perse se rendre à sa destination. Il me reste à vous entretenir d'autres objets qui ont un rapport moins direct avec la politique,...

Maklumat bibliografi