Le gendre de m. Poirier: comédie en quatre actes

Kulit Depan
Hachette, 1903 - 144 halaman
 

Halaman terpilih

Edisi lain - Lihat semua

Istilah dan frasa biasa

Petikan popular

Halaman 36 - J'enrage quand je vois cette manie qui s'empare de toutes les cervelles! On dirait, ma parole, que dans ce pays-ci le gouvernement est le passe-temps naturel des gens...
Halaman 74 - Oh ! je ne tiens pas à ces hochets de la vanité : je suis, comme je vous le disais, un vieux libéral. GASTON Raison de plus. Un libéral n'est tenu de mépriser que l'ancienne noblesse; mais la nouvelle, celle qui n'a pas d'aïeux... POIRIER Celle qu'on ne doit qu'à soi-même ! GASTON Vous serez comte.
Halaman 75 - GASTON. Arrive donc, Hector! arrive donc! — Sais-tu pourquoi Jean Gaston de Presles a reçu trois coups d'arquebuse à la bataille d'Ivry? Sais-tu pourquoi François Gaston de Presles est monté le premier à l'assaut de La Rochelle ? Pourquoi Louis Gaston de Presles s'est fait sauter à La Hogue? Pourquoi Philippe Gaston de Presles a pris deux drapeaux à Fontenoy?
Halaman 71 - Dieu merci! je n'en fais pas assez de cas pour cela. GASTON. Vous n'en faites pas de cas? POIRIER. Non, monsieur, non! Je suis un vieux libéral, tel que vous me voyez ; je juge les hommes sur leur mérite, et non...
Halaman 72 - GASTON Permettez ! Votre fille ne m'aimait pas quand vous m'avez attiré chez vous; ce n'étaient pas mes dettes qui m'avaient valu l'honneur de votre choix ; puisque ce n'est pas non plus mon titre, je suis bien obligé de croire que vous aviez une arrière-pensée.
Halaman 63 - Il ne veut rien faire, il n'est bon à rien, il me coûte les yeux de la tête, il est maître chez moi. . . Il faut que ça finisse.
Halaman 73 - POIRIER (piteusement). Je suis ambitieux! GASTON. On dirait que vous en rougissez; pourquoi donc? Avec l'expérience que vous avez acquise dans les affaires, vous pouvez prétendre à tout. Le commerce est la véritable école des hommes d'Etat. POIRIER. C'est ce que Verdelet me disait ce matin. GASTON. C'est là qu'on puise cette hauteur de vues, cette élévation de sentiments, ce détachement des petits intérêts qui font les Richelieu et les Colbert.2 POIRIER.
Halaman 71 - POIRIER. Mais vous saurez qu'il ya plus de cervelle dans ma pantoufle que sous votre chapeau. . GASTON. Ah! fi! voilà qui est trivial... vous parlez comme un homme du commun.
Halaman 71 - POIRIER Cher Gaston, cher garçon... c'est tout un... De beau-père à gendre, la familiarité est permise. GASTON Et de votre part, monsieur Poirier, elle me flatte et m'honore... Vous disiez donc que notre première réforme ?... POIRIER, se levant.
Halaman 70 - Mais, dans mon erreur, je vous ai laissé mettre ma maison sur un ton que je ne peux pas soutenir à moi seul ; et puisqu'il est bien convenu que nous n'avons à nous deux que ma fortune, il me paraît juste, raisonnable et nécessaire, de supprimer de mon train ce qu'il me faut rabattre de mes espérances.

Maklumat bibliografi