Imej halaman
PDF
EPUB
[ocr errors]
[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

PRÉFACE.

VERS le milieu du siècle de Louis XIV, » dit Mallet du Pan (1), ceux qui connais»saient le nom de Moscovites, ne s'en for» maient d'autre idée que celle qu'on nous donne aujourd'hui des Tartares. On ne savait pas même alors qu'il existât des annales russes; elles étaient ensevelies dans le fond des cloîtres on n'avait sur cette histoire et les

כל

mœurs de cette nation que des relations étrangères depuis long-temps oubliées, et dont on reconnaît aujourd'hui la franchise originale. Les tzars voulaient tenir leur peuple et les étrangers dans l'ignorance des affaires de leur empire (2).

(1) Du Péril de la Balance politique de l'Europe. Londres, 1789.

(2) Le baron de Stralhemberg, officier suédois fait prisonnier à la bataille de Poltawa, qui a passé dix-sept ans en Sibérie et en Russie, dit dans ses Mémoires, aussi estimables

[ocr errors]

Les successeurs de Pierre-le-Grand ont changé de politique à cet égard. On a vu paraître sous leurs auspices des histoires et des statistiques où les héros moscovites sont quelquefois mis au-dessus de ceux de la Grèce et

par

les recherches historiques et statistiques, que par l'impartialité qui les caractérise :

« Il est très-difficile d'écrire sur la Russie, parce que, de >> tout temps, les mémoires particuliers ont été cachés....; parce » que, par une politique bizarre, les anciens souverains de ce » pays défendaient à leurs sujets d'écrire la moindre chose. » sur leur patrie.

ע

» En 1689, un noble russe avait fait imprimer un journal » de la campagne de Crimée sous Galitzin : ce journal fut » brûlé publiquement, quoiqu'il ne contînt rien contre le » gouvernement, ni le prince. Cet usage existait encore >> au temps de Pierre-le-Grand, au point qu'il ignorait lui» même ce qui se passait dans les pays éloignés de sa rési» dence. »

Ainsi M. de Stralhemberg ne put faire parvenir jusqu'à ce prince une carte générale de la Russie et de la Tartarie. Le prince Gagarin, alors gouverneur de la Sibérie, s'y opposa, et s'empara de son dessin sous divers prétextes. « La véritable raison, dit M. de Stralhemberg, était que, » tenant la Sibérie à ferme et la faisant valoir d'une manière » convenable à ses intérêts, il ne voulait pas que ma carte » parvînt aux yeux du tzar, d'autant plus que j'y avais marqué beaucoup de particularités intéressantes, comme les >> endroits des mines. » (Description historique de l'empire Russien, traduction abrégée; Amsterdam, 1767; t. I, p. 52.)

כב

« SebelumnyaTeruskan »