Les Majorcains ...

Kulit Depan
Perrotin, 1843 - 197 halaman
 

Istilah dan frasa biasa

Petikan popular

Halaman 323 - Tire de son sommeil la source des ruisseaux, Du désir de la mer émeut ses faibles eaux, La conduit vers le jour par des veines obscures, Et qui, précipitant sa pente et ses murmures, Dans l'abîme cherché termine ses travaux; C'est le mien. Mon destin s'incline vers la plage. Le secret de mon mal est au sein de Thétis.
Halaman 324 - J'étais berger; j'avais plus de mille brebis. Berger je suis encor, mes brebis sont fidèles : Mais qu'aux champs refroidis languissent les épis, Et meurent dans mon sein les soins que j'eus pour elles! Au cours de l'abandon je laisse errer leurs pas, Et je me livre aux dieux que je ne connais pas!... J'immolerai ce soir aux Nymphes des montagnes.
Halaman 324 - Comme un fruit suspendu dans l'ombre du feuillage, Mon destin s'est formé dans l'épaisseur des bois. J'ai grandi, recouvert d'une chaleur sauvage, Et le vent qui rompait le tissu de l'ombrage Me découvrit le ciel pour la première fois. Les faveurs de nos dieux m'ont touché dès l'enfance ; Mes plus jeunes regards ont aimé les forêts, Et mes plus jeunes pas ont suivi le silence Qui m'entraînait bien loin dans l'ombre et les secrets.
Halaman 30 - Tous, quand nous avons un peu de loisir et d'argent , nous voyageons , ou plutôt nous fuyons, car il ne s'agit pas tant de voyager que de partir, entendez-vous? Quel est celui de nous qui n'a pas quelque douleur à distraire ou quelque joug à secouer?
Halaman 299 - ... la nouveauté dans les termes usés^, l'imprévu, l'image dans le mot, et le contour, la justesse des proportions, enfin tout, le don d'écrire, le talent; et de tout cela, je n'ai guère que la bonne volonté.
Halaman 320 - Mes regards couraient librement et gagnaient les points les plus éloignés. Comme des rivages toujours humides, le cours des montagnes du couchant demeurait empreint de lueurs mal essuyées par les ombres. Là survivaient, dans les clartés pâles, des sommets nus et purs. Là je voyais descendre tantôt le dieu Pan '', toujours solitaire, tantôt le chœur des divinités secrètes, ou passer quelque nymphe des montagnes enivrée par la nuit. Quelquefois les aigles du mont Olympe 10 traversaient...
Halaman 306 - Le ciel de ce soir est digne de la Grèce. Que faisons-nous pendant ces belles fêtes de l'air et de la lumière? Je suis inquiet et ne sais trop à quoi me dévouer ; ces longs jours paisibles ne me communiquent pas le calme. Le soleil et la pureté de l'étendue me font venir toutes sortes d'étranges pensées dont mon esprit s'irrite. L'infini se découvre davantage et les limites sont...
Halaman 314 - C'est qu'il est répandu parmi nous qu'il faut soustraire et envelopper les premiers temps de l'existence , comme des jours remplis par les dieux. Mon accroissement eut son cours presque entier dans les ombres où j'étais né.
Halaman 307 - J'ai tout l'air de mettre ici la vie dans les jouissances, et je ne m'en défendrai pas trop, le tout bien entendu dans les intérêts de notre immortel esprit et pour son service bien compris; car, disait Sheridan, si la pensée est lente à venir, un verre de bon vin la stimule, et, quand elle est venue, un bon verre de vin la récompense.
Halaman 305 - Mon amour des choses naturelles ne va pas au détail et aux recherches analytiques et opiniâtres de la science, mais à l'universalité de ce qui est, à la manière orientale. Si je ne craignais de sortir de ma paresse et de passer pour fou, j'écrirais des rêveries à tenir en admiration toute l'Allemagne, et la France en assoupissement.

Maklumat bibliografi