Histoire des doctrines morales et politiques des trois derniers siècles, Jilid 3

Kulit Depan
A. Cherbuliez, 1837
 

Halaman terpilih

Kandungan

Edisi lain - Lihat semua

Istilah dan frasa biasa

Petikan popular

Halaman 198 - Sire, un grand, un prince n'est pas né pour lui seul ; il se doit à ses sujets : les peuples , en l'élevant, lui ont confié la puissance et l'autorité, et se sont réservé en échange ses soins, son temps, sa vigilance : ce n'est pas une idole qu'ils ont voulu se faire pour l'adorer ; c'est un surveillant qu'ils ont mis à leur tête pour les protéger et pour les défendre : ce n'est pas de ces divinités inutiles qui ont des yeux et...
Halaman 148 - La nation anglaise est la seule de la terre qui soit parvenue à régler le pouvoir des rois en leur résistant, et qui d'efforts en efforts ait enfin établi ce gouvernement sage où le prince, tout-puissant pour faire du bien, a les mains liées pour faire le mal; où les seigneurs sont grands sans insolence et sans vassaux, et où le peuple partage le gouvernement sans confusion.
Halaman 200 - Nos prêtres ne sont pas ce qu'un vain peuple pense ; Notre crédulité fait toute leur science.
Halaman 161 - J'appelle donc république tout État régi par des lois, sous quelque forme d'administration que ce puisse être : car alors seulement l'intérêt public gouverne , et la chose publique est quelque chose. Tout gouvernement légitime est républicain * : j'expliquerai ci-après ce que c'est que gouvernement.
Halaman 371 - Tout homme naît avec des droits inaliénables et imprescriptibles; tels sont la liberté de toutes ses opinions, le soin de son honneur et de sa vie ; le droit de propriété, la disposition entière de sa personne, de son industrie, de toutes ses facultés; la communication de ses pensées par tous les moyens possibles, la recherche du bien-être, et la résistance à l'oppression.
Halaman 353 - Ce n'est ni pour caresser d'anciennes habitudes, ni par aucun sentiment superstitieux de royalisme, que je préfère la monarchie. Je la préfère , parce qu'il m'est démontré qu'il ya plus de liberté pour le citoyen dans la monarchie que dans la république. Tout autre motif de détermination me paraît puéril. Le meilleur régime social est , à mon avis, celui où...
Halaman 199 - Sire, c'est le choix de la nation qui mit d'abord le sceptre entre les mains de vos ancêtres; c'est elle qui les éleva sur le bouclier militaire, et les proclama souverains. Le royaume devint ensuite l'héritage de leurs successeurs ; mais ils le durent originairement au consentement libre des sujets. Leur naissance seule les mit ensuite en possession du trône ; mais ce furent les suffrages publics qui attachèrent d'abord ce droit et cette prérogative à leur naissance.
Halaman 161 - ... ceux qui parviennent dans les monarchies ne sont le plus souvent que de petits brouillons, de petits fripons, de petits intrigants , à qui les petits talents , qui font dans les cours parvenir aux grandes places , ne servent qu'à montrer au public leur ineptie aussitôt qu'ils y sont parvenus.
Halaman 378 - Les entreprises contre la liberté d'un Peuple sont un attentat contre tous les autres. 16. Les ligues qui ont pour objet une guerre offensive, les traités ou alliances qui peuvent nuire à l'intérêt d'un Peuple sont un attentat contre la famille humaine.
Halaman 372 - ... doit être possible à la Nation d'avoir, dans certains cas, une convocation extraordinaire de députés dont le seul objet soit d'examiner et de corriger, s'il est nécessaire, les vices de la Constitution...

Maklumat bibliografi