L'Énéide, Jilid 2

Kulit Depan
Michaud Frères, 1813
 

Halaman terpilih

Edisi lain - Lihat semua

Istilah dan frasa biasa

Petikan popular

Halaman 265 - vers de Virgile, en faisant dire à Mentor : « L'âme » universelle du monde est comme un grand océan » de Lumière : nos esprits sont comme de petits ruis» seaux qui en sortent et qui y retournent pour s'y
Halaman 82 - Malheureuse ! voilà comme tu m'as perdue ! Au jour que je fuyais c'est toi qui m'as rendue. Tes prières m'ont fait oublier mon devoir : J'évitais Hippolyte , et tu me l'as fait voir.
Halaman 81 - de m'égayer , m'attristait. Peu à peu je sentis • augmenter la mélancolie dont j'étais accablé. Un » ciel serein, la fraîcheur de l'air, les doux rayons de
Halaman 185 - II n'est que trop aisé de descendre aux enfers, » Les palais de Pluton nuit et jour sont ouverts ; » Mais rentrer dans la vie et revoir la lumière » Est un bonheur bien rare, un vœu bien téméraire. » Le destin n'accorda ce privilège heureux » Qu'à peu de favoris issus du sang des dieux.
Halaman 117 - de qui le bras, sous les murs d'Ilion, Près du tombeau d'Hector, par un combat célèbre Honorant ce héros et sa pompe funèbre, De l'énorme Butés, ce Bébryce orgueilleux, Qui comptait Amycus au rang de ses aïeux, Terrassa la fureur, et de sa main puissante Coucha son front altier sur la poudre sanglante. Il se
Halaman 37 - sien. De ces mers où le jour va plonger sa lumière , Des bornes de l'Afrique où sur sa tête altière L'infatigable Atlas porte le poids des cieux , Une antique prêtresse est venue en ces lieux : Consacrée aux autels des jeunes Hespérides, C'est elle qui jadis contre des mains avides
Halaman 195 - amers, Et des Remords rongeurs l'escorte vengeresse ; , La pâle Maladie, et la triste Vieillesse; L'Indigence en lambeaux , l'inflexible Trépas, Et le Sommeil son frère, et le Dieu des combats; Le Travail qui gémit, la Terreur qui frissonne, Et la Faim qui frémit des conseils qu'elle donne; Et l'Ivresse du crime, et les Filles d'enfer
Halaman 49 - que du glaive cruel Ses suivantes ont vu partir le coup mortel, Ont vu sur le bûcher la reine défaillante, Dans ses sanglantes mains l'épée encor fumante. La funeste nouvelle est semée en tous lieux , Les dômes du
Halaman 47 - En tribut à ta reine offre un sang qu'elle abhorre : » C'est ainsi que mon ombre exige qu'on l'honore. )> Sors de ma cendre , sors, prends la flamme
Halaman 37 - De ma ruine , hélas ! le complice fatal. » Pour chasser de mon cœur un amour trop funeste , » II nous faut de l'ingrat détruire ce qui reste. » Elle dit, et pâlit. Mais cependant sa sœur Ne peut de son projet soupçonner la fureur. Elle n'augure pas de sa douleur cachée Un désespoir plus grand qu'à la mort de Sichée, Et dresse innocemment

Maklumat bibliografi