Halaman terpilih

Edisi lain - Lihat semua

Istilah dan frasa biasa

Petikan popular

Halaman 180 - L'HOMME a dit : les cieux m'environnent, Les cieux ne roulent que pour moi ; De ces astres qui me couronnent, La nature me fit le roi ; Pour moi seul le Soleil se lève, Pour moi seul le Soleil achève Son cercle éclatant dans les airs; Et je vois, souverain tranquille, Sur son poids la terre immobile Au centre de cet univers *. Fier mortel, bannis ces fantômes, Sur toi-même jette un coup d'œil.
Halaman 226 - C'était assez pour être curieuse: C'était assez ; filles le sont pour moins. Mais je ne Veux fronder ce sexe aimable, Et pour Echo sa faute est excusable. Si cette nymphe est coupable en ceci, Je lui pardonne; Amour la fit coupable : Puisse le sort lui pardonner aussi...
Halaman 182 - Ainsi se forment les orbites Que tracent ces globes connus ; Ainsi, dans des bornes prescrites, Volent et Mercure et Vénus. La Terre suit; Mars, moins rapide, D'un air sombre, s'avance et guide Les pas tardifs de Jupiter ; Et son père, le vieux Saturne, Roule à peine son char nocturne Sur les bords glacés de l'éther.
Halaman 233 - II exhale sa rage en hurlements horribles. Tel d'un coup incertain par le prêtre frappé, Mugit un fier taureau de l'autel échappé, Qui du fer suspendu victime déjà prête, A la hache trompée a dérobé sa tête. Enfin, dans les replis de ce couple sanglant, Qui déchire son sein, qui dévore son flanc, II expire...
Halaman 234 - Poursuit, s'attache à sa forte poitrine, Mord et déchire et s'enivre de sang. Mais l'animal, que leur souffle empoisonne, Pour s'arracher à ce double ennemi, Qui, constamment sur son corps affermi, Comme un réseau, l'enferme et l'emprisonne, Combat, s'épuise en...
Halaman 232 - L'atteint, recule, et, de terre élancé, Forme cent nœuds, autour d'elle enlacé ; La tient, la serre; avec fureur s'obstine A l'enchaîner, malgré ses vains efforts, Dans les liens de deux flexibles corps ; Perce des traits d'une langue assassine Son...
Halaman 230 - L'un près de l'autre ils glissent, et sur l'herbe Laissent, loin d'eux, de tortueux sillons; Les yeux en feu, lèvent, d'un air superbe, Leurs cous...
Halaman 176 - QUEL cercle éclatant m'environne ! D'où part ce déluge d'éclairs ? Quelle source de feu bouillonne, Et soudain embrase les airs ! Plus prompts que les traits du tonnerre, Des coursiers fondent sur la terre Et bondissent parmi les feux. Où tend ce tourbillon rapide, Et quel conducteur intrépide Vole sur un char lumineux? Est-ce toi qui viens, Dieu suprême, Remplir le monde de terreur? Veux-tu le dévorer toi-même Par le souffle de ta fureur ? Est-il venu, ce jour de crainte, Ce jour où ta...
Halaman 214 - L'œil et l'oreille avidement ouverts , Elle regarde , elle écoute au travers ; Ne peut qu'à peine , en ce petit asile , Trouver sa place, et craint de se montrer. Ne se meut pas, et n'ose respirer; Sait ramasser son corps souple et facile, Se promettant, durant cet entretien, D'épier tout , un mot , un geste , un rien : Un mot , un geste , un rien , tout est utile. Comme elle aussi , Vénus le savait bien.
Halaman 177 - Il enchaînera la fortune Sur les campagnes de Neptune Comme aux plaines de Fontenoi. Un peuple inquiet et parjure Se rit des traités les plus saints; A travers son intrigue obscure , On voit l'orgueil de ses desseins : Peuple fier , du sein...

Maklumat bibliografi