Mémoires des contemporains: pour servir à l'histoire de la République et de l'Empire

Kulit Depan
Bossange frères, 1823 - 439 halaman
 

Halaman terpilih

Edisi lain - Lihat semua

Istilah dan frasa biasa

Petikan popular

Halaman 210 - Voilà la bataille que vous -avez tant désirée ! Désormais la « victoire dépend de vous : elle nous est nécessaire ; elle nous « donnera l'abondance, de bons quartiers d'hiver et un prompt
Halaman 132 - Le brave et infortuné Polonais, en vous voyant, croit revoir les légions de Sobieski de retour de leur mémorable expédition. Soldats, nous ne déposerons point les armes que la paix générale n'ait affermi et assuré la puissance de nos alliés , n'ait restitué à notre commerce sa liberté et ses colonies. Nous avons conquis sur l'Elbe et l'Oder Pondichéry, nos établissements des Indes, le cap de Bonne-Espérance et les colonies espagnoles.
Halaman 48 - Cette armée qui, avec autant d'ostentation que d'imprudence , était venue se placer sur nos frontières, est anéantie.
Halaman 196 - Moskow, dit le vieillard, la première capitale de l'Empire , la nouvelle Jérusalem , reçoit son Christ comme une mère dans les bras de ses fils zélés ; et, à travers le brouillard qui s'élève , prévoyant la gloire brillante de sa puissance, elle chante dans son transport : Hosanna!
Halaman 110 - Nos routes et nos villes frontières sont remplies de conscrits qui brûlent de marcher sur vos traces. Nous ne serons plus désormais les jouets d'une paix traîtresse, et nous ne poserons plus les armes que nous n'ayons obligé les Anglais , ces éternels ennemis de notre nation, à renoncer au projet de troubler le continent et à la tyrannie des mers. «Soldats! je ne puis mieux vous exprimer les sentimens que j'ai pour vous qu'en vous disant que je vous porte dans mon cœur l'amour que vous...
Halaman 108 - Qu'il est digne de blâaie, cet homme qui d'un mot pouvait les prévenir, si, comme Nestor, élevant la parole au milieu des conseils , il avait dit : « Jeunesse inconsidérée, taisez-vous; femmes, retournez à vos fuseaux et rentrez dans l'intérieur de vos ménages ; et vous, sire, croyez-en le compagnon du plus illustre de vos prédécesseurs : puisque l'empereur Napoléon ne veut pas la guerre , ne le placez pas entre la guerre et le déshonneur; ne vous engagez pas dans une lutte dangereuse...
Halaman 32 - Sans doute, monsieur le maré» chai, et d'autant mieux que nous voyons dedans. » — Eh bien! monsieur, dit alors ce malheureux «général, vous y voyez des hommes prêts à se » défendre jusqu'à la dernière extrémité, si votre «empereur ne leur accorde pas huit jours. Je «tiendrai long -temps ici.
Halaman 83 - Eh quoi ! aurions-nous donc bravé les saisons, les mers, les déserts, vaincu l'Europe plusieurs fois coalisée contre nous, porté notre gloire de l'Orient à l'Occident, pour retourner aujourd'hui dans notre patrie, comme des transfuges, après avoir abandonné nos alliés, et pour entendre dire que l'aigle française a fui épouvantée à l'aspect des armées prussiennes ! Mais déjà ils sont arrivés sur nos avant-postes.
Halaman 152 - Pourquoi avez-vous attendu si long-temps »pour exécuter votre projet? — Je suis venu à » Schoenbrunn il ya huit jours avec l'intention » de vous tuer ; mais la parade venait de finir, j'a» vàis remis l'exécution de mon dessein à aujour»d'hui. — Vous êtes fou, vous dis-je, ou vous » êtes malade. — Ni l'un ni l'autre. — Qu'on fasse » venir Corvisart. — Qu'est-ce que Corvisart ? — »C'est un médecin, lui répondis-je. — Je n'en ai
Halaman 118 - M. de Hatzfeld devait être traduit devant une commission militaire. Le major-général essaya quelques représentations. » Votre majesté ne peut pas faire » fusiller un homme qui appartient aux premières » familles de Berlin , pour aussi peu de chose ; la » supposition est impossible , vous ne le voulez

Maklumat bibliografi