Mythologie grecque et romaine ou introduction facile et méthodique à la lecture des poètes

Kulit Depan
 

Edisi lain - Lihat semua

Istilah dan frasa biasa

Petikan popular

Halaman 79 - Non point par la peur des filous. Car que voulez-vous qu'on m'emporte ? Je n'ai ni trésors ni bijoux, Je peux voyager sans escorte. Mes vœux sont courts ; les voici tous : Qu'un peu d'aisance entre chez nous, Que jamais la vertu n'en sorte. Mais n'en laissez point approcher Tout front qui devrait se cacher, Ces échappés de l'indigence...
Halaman 86 - S'occuper, c'est savoir jouir ; L'oisiveté pèse et tourmente : L'âme est un feu qu'il faut nourrir, Et qui s'éteint s'il ne s'augmente.
Halaman 71 - La déesse tenait d'une main un sceptre d'or pour commander aux vagues, de l'autre elle portait sur ses genoux le petit dieu Palémon, son fils, pendant à sa mamelle. Elle avait un visage serein et une douce majesté qui faisait fuir les vents séditieux et toutes les noires tempêtes. Les Tritons conduisaient les chevaux et tenaient les rênes dorées.
Halaman 244 - C'est Neptune en courroux qui gourmande les flots ; Echo n'est plus un son qui dans l'air retentisse, C'est une nymphe en pleurs qui se plaint de Narcisse.
Halaman 122 - L'essieu crie et se rompt : l'intrépide Hippolyte Voit voler en éclats tout son char fracassé ; Dans les rênes lui-même il tombe embarrassé.
Halaman 17 - L'Enfer s'émeut au bruit de Neptune en furie. Pluton sort de son trône : il pâlit, il s'écrie; Il a peur que ce dieu , dans cet affreux séjour , D'un coup de son trident ne fasse entrer le jour, Et , par le centre ouvert de la terre ébranlée , Ne fasse voir du Styx la rive désolée , Ne découvre aux vivants cet empire odieux, Abhorré des mortels , et craint même des dieux.
Halaman 114 - Dans l'Hèbre impétueux sa tête fut jetée ; Mais tandis qu'elle errait sur la vague agitée , Ses lèvres, qu'Eurydice animait autrefois, Et sa langue glacée, et...
Halaman 117 - Favoris, élèves dociles De ce ministre d'Apollon; Vous à qui ses conseils utiles Ont ouvert le sacré vallon, Accourez, troupe désolée! Déposez sur son mausolée Votre lyre qu'il inspirait. La mort a frappé votre maître, Et d'un souffle a fait disparaître Le flambeau qui vous éclairait. Et vous, dont sa...
Halaman 88 - ... siècle finissant. Elle apporte une preuve supplémentaire des voies obliques et souterraines du cheminement de la philosophie antispiritualiste. Ayant eu ensuite la bonne fortune de retrouver quelques-uns de ses enfants, notre Pou médite sur la mort et en conclut sentencieusement : « Elle n'est point tant que nous sommes. Quand elle est, nous ne sommes plus ». Recueilli dans la chevelure du valet de chambre La Fleur, qui est à la fois le domestique et le parent du fameux Caron de Beaumarchais,...
Halaman 71 - Bacchus le fit préposer à la garde et à la fructification des jardins. On le représentait le plus généralement sous la forme, d'un Terme , avec des cornes de bouc , des oreilles de chèvre et une couronne de feuilles de vigne. D'autres .•fois, personnification plus ardente de la puissance créatrice, il se voyait l'objet ou d'un culte bien naïf ou des passions les plus désordonnées. Les jeunes filles épanchaient sur son autel du vin , du lait et de l'orge grillé. Au printemps, on -couronnait...

Maklumat bibliografi