LÉnéide, Jilid 2

Kulit Depan
Giguet et Michaud, 1804
 

Halaman terpilih

Istilah dan frasa biasa

Petikan popular

Halaman 89 - Nourrissant en secret dans son cœur déchiré Les cuisantes douleurs de l'orgueil ulcéré, Dans ses dépits amers, Amate solitaire Et s'indignoit en reine , et gémissoit en mère. Alecton d'un serpent arme aussitôt sa main, Le lance sur Amate, et le plonge en son sein : Entre elle et ses habits d'une course légère Ce monstre va, revient, la parcourt tout entière; Tantôt de ses...
Halaman 233 - Sur ses ailes de feu sa fureur se déploie , Et d'étage en étage elle poursuit sa proie. Aux rapides progrès du vaste embrasement Ses défenseurs troublés s'opposent vainement. Tandis que loin des murs que la flamme dévore...
Halaman 22 - Phlcgélon aux ondes turbulentes Roule d'affreux rochers dans ses vagues brûlantes. La porte inébranlable est digne de ces murs : Vulcain la composa des métaux les plus durs. Le diamant massif en colonnes s'élance ; Une tour jusqu'aux cieux lève son front immense : Les mortels conjurés, les dieux et Jupiter Attaqueraient en vain ses murailles de fer.
Halaman 359 - Trois fais autour des feux, dans sa morne tristesse, * A tourné des deux camps la brillante jeunesse; Trois fois, poussant des cris funèbres et guerriers, Autour du bois fatal ils guident leurs coursiers : Ces yeux jadis si fiers sont...
Halaman 8 - Devant le vestibule, aux portes des enfers, Habitent les Soucis et les Regrets amers, Et des Remords rongeurs l'escorte vengeresse; La pâle Maladie, et la triste Vieillesse; L'Indigence en lambeaux, l'inflexible Trépas, Et le Sommeil son frère, et le dieu des Combats; Le Travail qui gémit, la...
Halaman 346 - ... c'est une créature qui renonce à son être pour n'exister que par la volonté d'un autre, qui sait même la prévenir; qui, par la promptitude et la précision de ses mouvements, l'exprime et l'exécute; qui sent autant qu'on le désire, et ne rend qu'autant qu'on veut; qui...
Halaman 109 - S'élancent dans les airs en bruyans tourbillons , Obscurcissent les cieux de leurs noirs bataillons , Et, poussant vers la terre un cri rauque et sauvage, Comme un nuage épais vont s'abattre au rivage. Voyez le noble auteur d'un nom cher aux Romains, Ce Clausus qui, sorti du vieux sang des Sabins, De leur race guerrière , à vaincre accoutumée, Forme une armée immense , et vaut seul une année.
Halaman 95 - Eh bien , reconnois.tu la prêtresse crédule » Que son âge remplit d'un effroi ridicule ? » Regarde, et vois en moi la terrible Alecton, » La plus horrible sœur des filles de Pluton. » Je porte dans mes mains la mort et l'épouvante. » Elle dit, et lui lance une torche fumante; La torche vole, siffle, et s'attache à son sein. Le prince épouvanté se réveille, et soudain Se roule dans des flots d'une sueur glacée; Il s'agite, il respire une rage insensée : K Mes armes, mes amis!
Halaman 115 - Elle eût , des jeunes blés rasant les verts tapis , Sans plier leur sommet couru sur les épis ; Ou, d'un pas suspendu sur les vagues profondes, De la mer en glissant eût effleuré les ondes , Et, d'un pied plus léger que l'aile des oiseaux, Sans mouiller sa chaussure eût volé sur les eaux. Son air fier et décent, sa démarche imposante, De son manteau royal la pourpre éblouissante...
Halaman 229 - Tout-à-coup , ranimant sa force languissante , Se meurtrissant le sein , arrachant ses cheveux , Malheureuse , elle part avec des cris affreux , Fend les rangs des soldats , vole au haut des murailles, La pudeur, le danger, l'appareil des batailles , Sa douleur brave tout ; puis élevant...

Maklumat bibliografi