Imej halaman
PDF
EPUB

chands et les paysans. On en exempta la noblesse et le clergé, les individus employés dans l'administration civile, dans l'instruction publique, tous les militaires, toutes les personnes attachées à la cour, les habitans des districts privilégiés, les peuples nomades, et l'universalité des femmes. Cette opération dure ordinairement plusieurs années (1); en sorte que, par sa lenteur, ses inexactitudes et le grand nombre des personnes qui n'y sont point comprises, elle laisse beaucoup de latitude aux écrivains qui veulent exagérer.

Suivant la première révision de 1723, on comptait cinq millions sept cent quatre-vingt-quatorze mille neuf cent vingt-huit individus mâles, payant capitation. Ainsi, en y comprenant les femmes et les autres personnes qui n'avaient pas été soumises au dénombrement, on put estimer la population totale de l'empire à... 14,000,000 ames.

...

D'après la même évaluation,

celle de 1763 à 1768 a offert. 20,000,000 (2).

[merged small][ocr errors][merged small]

Et celle de 1796, par aperçu, 36,152,000 (3).

Si l'on ajoutait à cette population celle des nouveaux palatinats polonais, de la Finlande, des États

(1) Busching, Géographie, tom. II, pag. 15. Storch, vol. I, pag. 247.

(2) Busching, ibid. pag. 17.

(3) Storch, vol. I, pag. 250-252. Les détails du dénombrement de 1796 n'ont pas été officiellement publiés.

conquis sur la Perse, et des tribus nomades, on ne s'écarterait pas beaucoup de la vérité, ni de l'opinion des auteurs les plus estimés, en portant la population générale de l'empire russe à quarante millions d'individus (1).

Mais c'est moins par la connaissance du nombre des habitans, que par le rapport de ce nombre à l'étendue du sol qu'il occupe, qu'on peut se faire une idée précise de la force intensive d'une nation (2). La Russie serait le premier de tous les États de l'Europe, si l'on appréciait sa puissance par la masse énorme des peuples qu'elle réunit ; et, relativement à sa population, elle ne tient cependant qu'une place secondaire (3). Elle a un territoire immense en Asie; mais elle n'est puissante qu'en Europe. La Sibérie asiatique n'offre que deux millions et demi d'habitans; c'est moins de onze par mille carré (4). Quelques gouvernemens de la Russie

(1) Voyez l'Appendice, Tableau de la population des gouvernemens, n.o II. -Les écrivains allemands les plus récens portent la population générale de toutes les possessions de l'empire russe à quarante-deux millions deux cent quarante-huit mille huit cents ames.

(2) Storch, Tableau historique et statistique de l'empire russe, tom. I, pag. 255.

(3) Storch, ibid.

(4) « Les gouvernemens de Tobolsk et d'Irkoutsk n'ont même » sur un mille carré, le premier que sept habitans, le second que » trois.» (Storch, ibid.)

On entend toujours par mille carré celui d'Allemagne, ou mille géographique de 15 au degré. (Voyez pour les mesures, poids et monnaies, l'Appendice, n.° VIII.)

européenne ne sont pas inférieurs à ceux des autres États du continent (1); mais le résultat général de la population russe en Europe ne présente que quatre cent cinq habitans par mille carré (2), tandis qu'en France, en Autriche, en Angleterre, la proportion est cinq à six fois plus forte.

Aux quarante millions d'habitans que nous avons donnés à la Russie, d'après les évaluations de 1796, on pourrait ajouter l'accroissement probable depuis dix à quinze ans. Mais comment déterminer cet accroissement? Le ministère russe évalue d'après les recherches qu'il a fait publier, et sur-tout d'après les registres des éparchies grecques (3), l'excédant annuel des naissances sur les décès à cinq cent mille individus, évaluation qui sort des règles ordinaires de l'arithmétique politique, et qui porterait maintenant la population de l'empire russe au-dessus de quarante - cinq mil

(1) Tels sont ceux de Moscow, de Kalouga, Tchernigow et de Toula. « Si les meilleures provinces de la Russie étaient aussi peuplées que ces gouvernemens, dit Storch, la seule partie européenne

2

> aurait plus de cent millions d'habitans. »

(2) Storch, ibid.

(3) D'après les listes paroissiales publiées, les naissances auraient surpassé les décès,

En 1806, de 500,662 individus mâles et femelles.

1807,

1808,

408,508.

442,478.

H faut remarquer qu'il ne s'agit ici que des individus professant la religion grecque, qui sont dans la proportion de 6/7 sur la population générale. (Mém. manusc.)

1

lions. En supposant une bonne foi rigoureuse de la part de l'administration, et une exactitude scrupuleuse de la part des popes dans la tenue de leurs registres, il faudrait ajouter à la liste des décès ceux des enfans en bas âge, des militaires morts dans les hôpitaux ou sur le champ de bataille, des voyageurs qui meurent ou restent en pays étranger, omissions qui laissent un déficit considérable dans la liste des décès, tandis que celle des naissances est exactement remplie.

Ce n'est donc que sur des documens incomplets, puisés à des sources suspectes, que les publicistes allemands établissent leurs calculs. Ils se sont trompés avec l'intention d'arriver à la vérité et le jugement nécessaire pour la découvrir. Toutes les spéculations de ce genre offrent la même incertitude. On a dit que la population de l'empire russe devait doubler dans l'espace de quarante-neuf ans, et ce système était appuyé de calculs et de probabilités (1): mais s'il était exact,

(1) D'après les tables de Krafft, Hermann, Storch et W. Tooke, &c. la proportion des naissances est chaque année, dans l'empire de Russie, à la population générale, comme de 1 à 26; celle des décès comme de 1 à 58; d'où ils calculaient, sur une population de 36,000,000 d'habitans, annuellement :

[blocks in formation]

D'après ce calcul hypothétique, fait en 1795 et 1797, la population

si la nature avait une marche régulière, les provinces soumises au dénombrement de 1723 sous Pierre-leGrand, offriraient aujourd'hui, en suivant la proportion établie par Storch, une population de plus de cinquante millions d'individus, tandis qu'elle est à peine de vingt-six millions. Ce calcul, à la portée des ignorans, devrait suffire pour démontrer la vanité des hypothèses statistiques.

Mais si l'on doit se tenir en garde contre l'exagération des calculs ministériels, il faut aussi se préserver d'un scepticisme qui tendrait à nous laisser dans l'ignorance sur l'état et les moyens réels de ce vaste empire. Par-tout où il reste des terres à cultiver, des produits industriels à faire valoir, la population doit s'augmenter dans une proportion plus forte que là où les arts de la civilisation sont plus avancés. Jusqu'ici de grands obstacles se sont opposés aux progrès de cette immense population; tels que des guerres continuelles,

de l'empire russe devrait être en 1846, de 72,000,000; en 1895, de 136,000,000 d'individus. Cette progression serait effrayante pour la tranquillité future de l'Europe; mais la nature n'est pas si prompte que les calculateurs.

Le célèbre Franklin a dit que la population des États-Unis d'Amérique devait doubler tous les vingt-cinq ans, et jusqu'ici la nature s'est plu à réaliser ce calcul; mais le climat, le gouvernement de ce pays, la constitution physique et morale des habitans, n'offrent aucun point de comparaison avec la Russie.

Peut-être la population a-t-elle diminué dans les pays conquis. Ainsi la Crimée, qui avait 400,000 habitans avant l'invasion des Russes, n'en compte à présent que 250,000.

« SebelumnyaTeruskan »